Comment voir un entraînement de sumo au Japon?

Je continue mon voyage à Tokyo, après avoir visité le temple Meiji-jingū, j’ai décidé de voir un entraînement de sumo ! Pourquoi un entraînement plutôt qu’un combat en tournoi? Tout simplement parce que les tournois de sumo ont lieu les mois impairs et que j’étais au Japon un mois pair.

Dans tous les cas, que ce soit pour un tournoi pour un entraînement, il faut se diriger vers le célèbre quartier de Ryogoku, centre névralgique des sumos dans la capitale japonaise, c’est ici que se trouve la majorité des écoles de sumos.

Comment se déroule un entraînement de sumo ?

Il faut être matinal pour assister à un entraînement de sumo, certaines écoles commencent leur entraînement vers 6-7h du matin, d’autres un peu plus tard. Quoiqu’il en soit, il suffit de rentrer en silence, enlever ses chaussures et prendre place sur les coussins mis à disposition pour le public.

Comme pour tous les sports, les sumos commencent par un petit échauffement qui consiste en général à faire le fameux lever de jambe des sumos (comme dans les films et les animés). Ils font également quelques prises de sumos, se poussent, se donnent des petites « claques », bref un truc bien viril quoi.

Echauffement d'un sumo

Entraînement sumo à Ryogoku

Ensuite, on rentre dans le vif du sujet, le début des hostilités, les combats sans merci (ou presque) ! Deux sumos se mettent en face l’un de l’autre derrière la ligne blanche, s’accroupissent et se regardent dans les yeux. Dès que les deux combattants touchent le sol avec leurs mains, c’est le début du combat ! Ils vont désormais se pousser pour faire sortir l’adversaire du cercle de sable ou simplement le faire tomber, ou plus précisément, si une partie autre que les pieds touchent le sol, c’est perdu ! Pour en savoir plus sur les règles du combat de sumo je vous invite à découvrir cet article complet sur le sujet.

Entraînement de sumo à Tokyo

Combat de sumo

Entrainement sumo au Japon

L’avantage d’assister à un entraînement de sumo plutôt qu’à un tournoi, c’est la proximité du combat, on se retrouve à moins d’un mètre de l’arène et on ressent vraiment toutes les émotions des combattants. C’est d’autant plus vrai quand on aperçoit l’épuisement des sumos qui ont du mal à se relever et dont la respiration bruyante sonne comme un appel à l’aide. D’ailleurs, il ne faut pas être pudique quand on est un sumo, la tenue légère et la proximité fait qu’on voit tous les détails de leur anatomie ou presque !

Au bout de quelques heures, c’est l’heure de la fin de l’entraînement,  les sumos font quelques étirements et surtout, ils se réunissent pour faire une sorte de « queue leu-leu » autour du cercle (voir vidéo au début de l’article). J’ignore la signification précise de cette danse, j’imagine que c’est une sorte de rituel mais si vous avez plus d’informations, n’hésitez pas à me le dire en commentaire !

Etirements des sumos

Rituel sumo

Enfin, on remercie poliment toute l’école pour ce spectacle et on sort en silence. Coup de chance avec cette école, un sumo sort avec nous pour une petite séance photo à l’extérieur de l’école. C’est l’hiver et il fait 6-7°C dehors mais je n’ai pas pu m’empêcher de lever le tee-shirt pour poser avec le mastodonte, histoire de garder un excellent souvenir de ce moment !

Pose avec les sumos

Entraînement de sumo, gratuit ou payant?

Vous avez envie de participer à un entraînement de sumo également? Voici quelques astuces qui m’ont permis d’assister à un combat de sumo gratuitement.

  • D’abord, évitez de choisir des écoles qui pratiquent des visites touristiques, elles ont souvent des partenariats avec des hôtels ou des agences de voyage et du coup elles sont payantes (et le prix n’est pas donné mine de rien…)
  • Si possible, demandez de l’aide à une personne japonaise pour démarcher les diverses écoles et connaître les condition d’admission. Dans mon cas j’avais une amie japonaise sur Tokyo qui s’est occupée de téléphoner à toutes les écoles jusqu’à avoir trouvé une école gratuite qui nous a accepté.
  • Certaines écoles sont accessibles sans rendez-vous, mais je ne pourrais pas vous dire lesquelles, mais ça devrait se trouver sur Google.
  • Si vous souhaitez l’adresse de l’école qui m’a permis d’assister gratuitement à l’entraînement, laissez un commentaire, je vous enverrais le bon plan par mail (pour éviter que ça devienne trop touristique et qu’elle finisse par faire payer).

Mise à jour 14/06/2017 : Un lecteur m’a informé que l’école où j’ai été n’accepte plus les spectateurs. Donc si l’un de vous a une autre adresse intéressante, je suis preneur !

Dans tous les cas, si vous avez des questions ou des remarques, je me ferais un plaisir d’y répondre, en attendant, à bientôt pour de nouvelles aventures au Japon !

 

Enregistrer

[Total : 4    Moyenne : 4.8/5]

8 Comments

  1. BECQUET 26 mai 2017
    • MoiCameleon 27 mai 2017
  2. martinez 29 mai 2017
    • MoiCameleon 3 juin 2017
  3. Clotilde 12 juin 2017
  4. maxine 12 juin 2017
  5. MoiCameleon 12 juin 2017
  6. Celine Durochet 14 juin 2017